2 juin 2011

Interview sur Green Lantern

Voici la traduction d'une interview de Nathan Fillion.
Je remercie DC et Myrtillez pour leur relecture et corrections.

Si vous avez des commentaires n'hésitez pas!



Lors de cette séance de questions-réponses, la star de « Castle » et « Firefly » Nathan Fillion parle de son doublage pour le rôle de Hal Jordan dans le nouveau film d’animation « Green Lantern : Emerald Knights », qui sortira le 7 juin.

Entertainment Weekly l’a surnommé « Geek God ». TV Guide semble relater chacun de ses gestes. Les fans de « Firefly/Serenity » le suivent où qu’il aille.

Et pendant ce temps Nathan Fillion poursuit son bonhomme de chemin, son charme juvénile et sa « rudement belle » apparence reflétant constamment l'attitude enchantée d'un enfant dans un magasin de bonbons




Ne vous y trompez pas, Nathan Fillion s'éclate comme un fou !

La série phare « Castle » avec Nathan Fillion jouit actuellement de son meilleur classement, perçant au Top 10 de Nielsen tandis que la troisième saison du célèbre drama de ABC s’achève.
Et malgré ses horaires de tournage – minimum 5 jours par semaine et14 heures par jours – il trouve toujours le temps de satisfaire ses propres péchés mignons de geek.

Ainsi le dimanche du week-end prolongé en l'honneur de Martin Luther King, on pouvait trouver l’acteur originaire d’Edmonton en train d’enregistrer la voix de Hal Jordan pour « Green Lantern : Emerald Knights », un nouveau film d’animation dans l’univers de DC prochainement disponible en Blu-Ray, DVD, vidéo à la demande et téléchargement le 7 Juin 2011.

Produit par Warner Premiere, DC Entertainment et Warner Bros Animation, et distribué par Warner Home Video, « Green Lantern: Emerald Knights » raconte six histoires légendaires de la riche mythologie du corps des Green Lantern autour de la préparation d'une attaque par un vieil ennemi. Tandis que la bataille approche, Hal Jordan initie la nouvelle recrue Arisia à l'histoire du Corps des Green Lanterns, en lui racontant les récits d’Avra, Kilowog, Abin Sur, Laira et Mogo. Au final, Arisia devra se montrer à la hauteur pour aider Hal, Sinestro et tout le corps des Green Lantern à sauver l’univers des forces destructrices de Krona.

Nathan Fillion a joué dans plusieurs séries télévisées en prime time, notamment « Desperate Housewives », « Two Guys, a Girl and a Pizza Place » et « Buffy the Vampire Slayer ». Il a aussi développé un culte populaire avec la paire de capitaines héroîques de Joss Whedon : le capitaine Mal Reynolds dans la série « Firefly » suivie par le film « Serenity » ; et Captain Hammer dans la série internet « Dr. Horrible’s Sing-Along Blog ». Nathan Fillion revient dans l'univers DC après son succès dans le rôle de Steve Trevor dans le film d'animation « Wonder Woman » en ayant aussi prêté sa voix dans « Justice League », « Robot Chiken », « The Venture Bros » et plusieurs jeux vidéos de la série « Halo ».

Toujours sympa, Nathan Fillion a passé un moment après sa session d'enregistrement à discuter de la justice de bande dessinée, des dangers des voyages spatiaux, de son amour pour les bandes dessinées et le l'histoire cachée derrière son célèbre t-shirt Green Lantern. Lisez plutôt...


Question : Green Lantern fait-il partie des super-héros auxquels vous jouiez dans votre enfance ?

Nathan Fillion : Quand vous êtes un enfant et que vous jouez à être un super-héros, Green Lantern est le plus facile car vous n'avez besoin que d'une bague pour allumer votre imagination. Pour Superman vous avez besoin d'une cape ; pour Spiderman d'un masque sur le visage.
Ces accessoires n'étaient pas difficiles à trouver en hiver dans ma ville natale, mais ils tiennent beaucoup trop chaud l'été. Pour incarner Green Lantern, tout ce dont j'avais besoin c'était d'un bonbon « Lifesaver » – de préférence au citron vert – de le sucer pour qu'il ait la bonne taille, me le mettre autour du doigt et j'étais paré.


Q: Qu'est-ce qui dans Green Lantern vous intéresse le plus ?
NF : Enfant, ce qui me plaisait le plus avec Green Lantern c'est qu'il pouvait tout faire, vraiment tout. Du genre, il suffisait qu'il pense « Wow, j'ai besoin d'un maillet géant, ou d'une catapulte » et hop, il l'avait. Je trouvais que ce devait être vraiment cool d'avoir tout ce qu'on pouvait imaginer. L'imagination a toujours été quelque chose d'important pour moi.

Q: Vous vous glissez bien dans les rôles de super-héros de films d'animation. Pourquoi pensez-vous que l'on vous choisit pour incarner ces légendes de bandes-dessinées ?
NF : Je dirais que j'ai eu beaucoup de chance. Je ne peux pas vous dire pourquoi les gens m'offrent ces opportunités mais je peux vous dire à quel point ça me plaît parce que, en tant que gamin qui collectionnait les BD, j'ai vraiment pris du plaisir parce qu'ils nourrissent l'imagination.
J'ai toujours pensé que j'avais un sens de la justice surdimensionné.
Maintenant, quand je regarde en arrière, à l'époque des BD, mon monde s'est construit autour de cette justice de bande-dessinée. Je pense avoir un très fort sens de la justice de bande-dessinée. Peut-être que ça a quelque chose à voir avec la manière dont vous interprétez un rôle. J'ai baigné dans l'histoire de ces personnages. Je la connais et je l'adore.

Q: Entre « Firefly/Serenity » et Green Lantern vous semblez passer beaucoup de temps dans l'espace. Avez-vous déjà voulu être astronaute ?
NF : J'ai peur de l'espace de la même manière que je crains la noyade. Je crois que je serais un peu claustrophobe. Bien sûr vous avez l'immensité de l'espace mais vous serez probablement dans une minuscule capsule et, vous savez, tout peut mal tourner. Je veux dire, si vous êtes en plongée sous-marine, disons trois mètres sous l'eau, si quelque chose se passe terriblement mal, vous avez trois mètres à faire vers la surface et vous êtes sauvé. Si vous êtes dans l'espace vous êtes fichu. C'est comme dans un sous-marin au fond de l'océan. Uh-oh... Oops (il rit) Le genre de chose que vous ne voulez pas entendre si vous êtes dans l'espace ou dans un sous-marin : « Oops ».

Q: « Castle » a un énorme succès. Vous faites régulièrement la couverture des magazines nationaux. Nathan Fillion n'a jamais été autant demandé. Comment pouvez-vous rester humble face à cette adoration ?
NF : Je vous dirai qu'il n'y a rien de tel que d'être acteur et d'avoir quelque chose à faire tous les jours. Levé à 5 heures du matin, j'ai un endroit où aller et où j'ai besoin d'être. J'ai des trucs à faire. J'ai des histoires que je dois raconter. Cette carrière que j'ai choisi, elle me satisfait pleinement, je vis un rêve chaque jour. C'est une sensation agréable. ça vous conforte sur vos choix.
Il y a eu un moment, je dirais aux environs de 1998, où je n'ai pas travaillé pendant presque un an. Je remettais vraiment mon jugement en question. Qu'avais-je fait ? Une énorme erreur de jugement. Je paye mon loyer à crédit. Que vais-je faire ?
C'est une bien meilleure sensation de savoir que vous faites quelque chose – que vous jouez la musique que les gens veulent entendre. Alors je vais jouer ces notes, vous me dites si ça vous plaît, et on continuera à jouer si vous continuez à aimer. C'est une bonne sensation. Il est agréable de marcher dans la rue et d'être arrêté par quelqu'un qui vous dit poliment « j'adore votre série ». C'est toujours un plaisir. Au contraire de la scène, où il y a un retour immédiat, vous n'avez pas ça à la télévision. Donc c'est vraiment agréable à entendre. On ne s'en lasse pas.

Q: Vous êtes sur le tournage de « Castle » au moins cinq jours par semaine, plus de 14 heures par jour. Compte tenu de tout ce travail, pourquoi prenez vous du temps, un dimanche de week-end prolongé, pour enregistrer la voix d'un super-héros animé ?
NF : Je prends du temps pour faire les voix de ces personnages dans ces films parce que c'est amusant. Je reçois un appel disant : « Hey, quand est-ce que vous pourriez venir enregistrer Green Lantern ? » Et je réponds : « Est-ce qu'on pourrait caser ça un dimanche parce que c'est le seul jour que j'ai de libre ? ». Je veux que ça se fasse parce que j'adore le faire. Plus que ça, j'adore faire partie de cette tradition. Ce sont de grands personnages, vous avez Green Lantern, vous avez Superman, Batman, Flash, ils font tous partie de la culture pop américaine. Et maintenant j'en ai un petit bout. Je peux dire « Et oui, j'ai été Green Lantern dans un film DVD ». Il n'y a pas beaucoup de gens qui puissent dire « Oh, Steve Trevor ? C'est marrant que vous parliez de lui » (il rit). Cela peut paraître idiot mais ça signifie beaucoup pour moi.

Q: On vous a vu – sur la couverture d'Entertainment Weekly, vous baladant un samedi au comic con lors de votre première session d'enregistrement de Green Lantern - portant un t-shirt Green Lantern. Aviez-vous ce t-shirt avant d'être choisi pour le rôle d'Hal Jordan dans « Green Lantern : Emerald Knights » ?
NF : Debbie Zoller dirige mon équipe maquillage sur « Castle ». Elle a vu la bande-annonce faite par un fan sur Green Lantern et elle a pensé que ce t-shirt ferait un très bon cadeau de Noël. Et je suis entièrement d'accord avec elle. J'ai déjà porté des t-shirts de super-héros et quoi de mieux qu'une session d'enregistrement de Green Lantern pour porter celui-ci aujourd'hui ? Donc merci Debbie – je t'avais dit qu'il me serait utile un jour !

Extrait du film:
video
Lien vers l'article

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire